Saturday, April 30, 2011

Quand Moulay Idriss premier a détruit la ville de Fès

On continu à falsifier dans nos écoles nos médiats et partout ailleurs où les faux arabes font la loi.
Vous posez la question : (qui a fondé Fès ?) au  plus instruit des marocains, il vous répondra :( Mly Idriss II) ce qui est complètement faux
Fès existait bel et bien avant Idriss II  mieux encore : c’est Idriss Ier qui l’a détruite. L’histoire du nom de Fès n’est qu’un mythe comme beaucoup d’autres noms de villes de notre chère patrie arabisée.
Cette vérité  se trouve dans un ouvrage qui doit être bien connu de nos présumés  historiens universitaires. je me demande pour quelle raison ces gens là veulent tout attribuer aux arabe et même passer pour des arabes.  Quelle honte pour notre pays !!!
 Il s’agit d’un ouvrage intitulé en arabe : Roudh el-Kartas  (le Jardin des feuillets)
 Ecrit à la cour de Fès, en 1326 (sur les livres et les documents les plus authentiques de l’époque)  par : Abou Mohammed Salah ben Abd el-Halim, de Grenade.
 Voici un extrait de la traduction en Français de cet ouvrage qui prouve ce que j’ai avancé sur l’existence et la description et également des ravages et crimes perpétrés au nom de l’islam sous la direction du charif  l’imam Idriss1er descendant du prophète (salla allaho 3alayhi wa salam)Amen…. y a rabba al 3alamine….wa la hawla wa la qowata….
 Bonne lecture :
 HISTOIRE DU RÈGNE DE L’IMAM EDRISS L’HOSSEÏNIEN
PREMIER IMAM SOUVERAIN DU MAGHREB.
Edriss, fils d’Abd Allah, fils d’Hossein, fils d’el-Hosseïn, fils d’Ali, fils d’Abou Thaleb (que Dieu les agrée !), se montra en public dans la ville d’Oualily, le vendredi quatrième jour du mois de Dieu ramadhan de l’année 172. La tribu des Ouaraba fut la première à le saluer souverain; elle lui donna le commandement et la direction du culte, de la guerre et des biens. Ouaraba était à cette époque la plus grande des tribus du Maghreb ; puissante et nombreuse, elle était terrible dans les combats. Vinrent ensuite la tribu des Zenèta et des fragments des tribus berbères de Zouakhta, Zouagha, Lemmaya, Louata, Sedretta, Khyata, Nefrata, Mekenèsa et Ghoumâra, qui le proclamèrent et se soumirent, à lui. Edriss affermit son gouvernement et son pouvoir ; de toutes parts ou venait en foule lui rendre hommage. Bientôt devenu puissant, il se mit à la tête d’une immense armée, composée des principaux d’entre les Zenèta, Ouaraba, Senhadja et Houarâ, et il sortit pour faire une razia clans le pays de Temsena. Il se porta d’abord sur la ville de Chella, qui était la plus proche, et s’en empara. Il soumit ensuite une, partie du pays de Temsena et se dirigea sur Tedla, dont, il enleva les forteresses et les retranchements. Il n’y avait dans ce pays que quelques musulmans ; les chrétiens et les juifs y étaient très-nombreux ; Edriss leur fit à tous embrasser la religion de Mohammed.
L’imam Edriss revint à Oualily, où il fit son entrée à la fin du mois d’ou’l-hidjâ de ladite année 172. Il y passa le moharrem, premier mois de l’an 173 (789 J. C.), pour donner à ses gens le temps de se reposer, et il sortit de nouveau pour aller soumettre ce qui restait encore dans le Maghreb de Berbères, chrétiens, juifs ou idolâtres. Ceux-ci étaient retranchés et fortifiés sur des montagnes et dans des châteaux inaccessibles; néanmoins, l’imam ne cessa de les attaquer et de les combattre que lorsqu’ils eurent tous, de gré ou de force, embrassé l’islamisme. Il s’empara de leur terres et de leurs retranchements ; il fit périr la plus grande partie de ceux qui ne voulurent pas se soumettre à l’islam, et, dépouilla les autres de leurs familles et de leurs biens. Il ravagea le pays, détruisit les forteresses des Beni Louata, des Mediouna, des Haloula et les citadelles des Ghyata et de Fès; il revint alors à Oualily et y entra vers le milieu de djoumada el-alchira de la même année 173.



Auteur: Ahmed Tatou
Date : 2011-02-19 17:31:00